2013 : Laissez-moi danser

«Les deux danseuses ont déjà brillé chez Forsythe, Béjart, Gilles Jobin… mais cette fois, elles parlent plutôt des zones d’ombre. Sur la musique de Roméo et Juliette de Prokofiev, Perrine Valli assemble ces éléments avec son sens raffiné de la construction. Un enseignement, puissant, qui va au-delà du seul geste dansé.»

Le Temps – Marie-Pierre Genecand

Distribution

Une commande de Marthe Krummenacher et Tamara Bacci

Chorégraphie : Marthe Krummenacher, Tamara Bacci, Perrine Valli
Conception de la forme / Réalisation : Perrine Valli
Conception du fond / Idées : Marthe Krummenacher, Tamara Bacci
Interprétation / Danse : Marthe Krummenacher, Tamara Bacci
Interprétation / Texte : Perrine Vall
Lumière : Laurent Schaer
Administration : Pâquis Production
Diffusion : Aurélie Martin
Durée : 1 heure
Production : Ra de Ma Ré
Coproduction : ADC-Genève / Rencontres Chorégraphiques Internationales de Seine-Saint-Denis
Soutiens : Pro Helvetia, Ville de Genève, Loterie Romande, Fondation Nestlé pour l’Art.
Crédit photo : ©Patrick Didi

Description

Tamara Bacci et Marthe Krummenacher sont interprètes (elles ont dansé entre autres chez William Forsythe, Maurice Béjart, Ji?í Kylián, Pascal Rambert, Gilles Jobin, Thomas Lebrun, Crystal Pite…).

Dans Laissez-moi danser, elles ont décidé de garder ce rôle mais de passer commande à Perrine Valli, interprète comme elle chez Cindy Van Acker et chorégraphe, pour une pièce qui interroge justement ce frottement, cette intersection. Ensemble, elles dressent un portrait ludique du métier d’interprète, de son quotidien et de ses coulisses, à travers leurs corps, leurs têtes, leurs histoires et celles des autres, en inversant les rôles : « Notre métier consiste à traduire l’idée d’un chorégraphe. Nous transmettons les messages qu’il souhaite exprimer. Dans cette pièce, d’une certaine façon, nous inversons le processus : Perrine devient notre porte-parole qui transmet nos idées. Elle devient ainsi l’interprète des interprètes. Est-ce un passeur, un messager, une muse, un exécutant, un déchiffreur, un filtre, une pâte à modeler, un pion ? » se demandent-elles.

Perrine Valli est donc elle aussi sur scène, pour incarner cette présence du chorégraphe qui est toujours dans la pensée de l’interprète. À elle de raconter, d’être le narrateur qui distancie et cherche les codes scéniques adaptés à la mise en scène du propos des danseuses. Laissez-moi danser est ainsi une pièce d’esprit cubiste, à la fois concrète et abstraite, dansée et parlée : en effet, par les passages dansés, Tamara Bacci et Marthe Krummenacher tentent de transmettre les émotions qu’elles ont pu traverser, le doute, la peur, le trac, les plaisirs, les fantasmes, les limites, les deceptions; par le texte, ce sont des aspects plus sociaux qui sont évoqués et qui parlent aussi bien de la reconnaissance, que de la place du danseur, et du système de création chorégraphique. Dans l’espace vide du plateau, leur maison, elles invitent ainsi le spectateur à se projeter dans ce jeu de rôles, dans cet autoportrait à trois têtes de ce « serviteur tout puissant » qu’est l’interprète.

(Texte : Rencontres Chorégraphiques Internationales de Seine-Saint-Denis)

Dates

2 et 3 février 2014 ADN, Neuchâtel, Suisse
du 17 au 27 avril 2013 ADC-Genève, Suisse
22 mai 2013 Rencontres chorégraphiques internationales de Seine Saint Denis, France

Photos

    photos: Gregory Batardon

Vidéo

Presse

ADC par Bertrand Tappolet

>> lire l'article >>

Le Temps - par Marie-Pierre Genecand

>> lire l'article >>

TDG - par Katia Berger

>> lire l'article >>

Etherreal.com - par François Bousquet

>> lire l'article >>

Radio

 

>> ecouter le mp3 >>